Logo
mudejar

TERUEL MUDEJAR

De très tôt, aux environs  de l'actuel Teruel s'établirent plusieures civilisations préhistoriques et ibères.

La Tour de “San Martín”

Elle est construite par deux tours, une enroulant l'autre, et entre les deux on trouve les escaliers d'accès au clocher. La tour intérieure est formée par trois pièces superposées, couvertes par une voûte de croix. L'extérieure supporte tout le répertoire décoratif: draps en brique ressorti, liens formant étoiles de huit pointes, frise d'arcs de lignes mixtes et arcs lobulés intersectés, beaux apliques de céramique verts et blancs, paires de fenêtres en forme d'arc de demi pointe. Elle fut construite entre 1315 et 1316; en 1549-51 fut objet d'une importante réparation, dirigée par Pierres Vedel, qui incorpora le mur de pierre de taille en talus du flanc sudoccidentale.

La Tour “del Salvador”

Traditionnellement on la considère contemporaine ou tout juste postérieure à la tour de S. Martin, dates qui s'ajustent suffisamment à la datation par termo luminescence. Les principales différences avec celle de S. Martín, sont l'usage d'une voûte de croix au pasage qu'il y a a sous la même et un développement plus grand des draps ornamentaux, en absence d'arcs lobulés intersectés. Elle a été objet de plusieures restaurations, la dernière, faite en 1993, lui a rendu une apparence plus proche à l'oeuvre originale. L'église est baroque, de la fin du siècle XVII.

La Tour “de la Merced”

Une oeuvre de la seconde moitié du siècle XVI, elle se compose de trois corps; l'inférieur et celui du milieu sont mudéjars, de plante carrée et octogonale, respectivement, pendant que le troisième, de plante octogonale, est fruit d'un agrandissement baroque.

La Tour de “San Pedro”

Elle se fait remarquer grâce à l'harmonie du conjoint mudéjar. Le bâtiment actuel fut construit entre 1319 et 1392. Sa tour mudéjar possède une structure semblable à celle de la Cathédrale, avec une remarquable décoration avec éléments céramiques violets, verts; les derniers sont uniques au mudéjar de Teruel. Quelques auteurs la considèrent comme la plus ancienne des tours mudéjars de la cité; datations récentes par termo luminescence (1103-95) pourraient viser vers cette direction. L'église est d'une seule nef, avec chapelles aux côtés parmis les contraforts. Elle a une abside polygonale avec tribune sur les chapelles; il est décoré à l'extérieur avec draps d'arcs de lignes mixtes intersectés, frises de céramique verte et violette et petites grande tours sur la tribune. Son cloître mudéjar reçu une profonde réforme en 1901, tout comme l'intérieur de l'église (1910).

La fontaine “Torico”

L'ancienne fontaine construite à cet endroit étaient des citernes et elles dataient de 1375, bien que furent remplacées deux fois pour ériger l'actuelle en 1858. Cette fontaine a une grande colonne couronnée par un taureau de petite taille, c'est pour ça qu'on l'appelle Fontaine “del Torico”.

Les Franciscains

C'est un bes bâtiments gothiques plus remarquables de la province. Sa magnifique pierre de taille est un parfait contrepoint au brique mudéjar, qui preside presque la totalité des oeuvres publiques du siècle XIV conservées dans la Cité. Iniciée en 1392, elle a une tête polygonale et une nef de cinq parts couvertes par une voûte de croix simple sur des arcs “fajones” pointés. À l'extérieur il faut remarquer les grandes fenêtres ogivales avec “tracería” et les deux intéressantes façades. Près de l'église des Franciscains s'érige un palais de la fin du siècle XVI.

L' Viaduc

Un espace à remarquer dans ce bref commentaire  de la cité, va être la nommée Première Expansion urbaine. Projetée comme une cité-jardin, disposée autour trois axes, qui partaient du Viaduc, notable oeuvre de génie, réalisée en 1929; le premier bout de cette cité-jardin s'initia à la fontaine Torán en 1935,se  complétant avec une série de résidences individuelles d'élevé niveau architectonique, avec influences rationalistes.

Près de la Première Expansion se trouve le parc de “los Fueros” (parc des fors), presidé par une sculpture de Pablo Serrano, hommage à la femme paysanne. Dans cet espace vert (le plus grand de la cité) (près de 5 hectares), parfait pour se promener, on peut touver près de 60 différentes espèces d'arbres, du pin “negral” (un arbre autochtone) au cèdre de l'Himalaya. En plus d'une grande variété d'arbustes et plantes de jardin.

L' Aqueduc

Initié en 1537, c'est la part plus emblématique de l'apport des eaux de la Cité. Peutêtre c'est le principal aqueduc espagnol de la Renaissance l'oeuvre plus remarquable de Pierres Vedel, qui va émuler les oeuvres hydrauliques romaines. La source d'où on prend l'eau, la “Peña del Macho” (le rocher du mâle), est à 4 km. de Teruel. Dans ce trajet et sous la cité s'articula un complexe dispositif de canalisations qui comprenait plus de 140 bornes et 11 fontaines. Près de l'Aqueduc se trouvent les Écoles del Arrabal (actuel fichier de la Province), oeuvre de Pablo Monguió, et l'église de “la Merced”, avec sa tour mudéjar du siècle XVI.

Les Tours de la Muraille

C'est l'élément plus singulier de l'enceinte fortifiée. Il s'agit d'un solide bastion de pierre de taille, adossé au disparu Alcázar Real. Il se remonte à un moment indeterminé entre 1475 et 1525, il faut remarquer sa plante en forme d'étoile, avec un unique semblant à niveau national. En plus, les muraillles de Teruel conservent encore différents types de grandes tours, de plante circulaire, (San Esteban, Cuadrada, Rincón de San Miguel, etc..) et polygonale (Torre de la Lombardera), un petit échantillon des quarante qui défendaient la cité. Les entrées ont eu pas de chance, car on conserve seulement deux (San Miguel y Daroca, respectivement) des sept à neuf avant existantes.

La Cathédrale

C'est un conjoint de grande complexité, fruit de huit siècles d'existence. Possède la première tour clocher mudejar de la cité (1257-58), dont sa part basse est ouverte moyennant des arcs pointés et voûte de canon, traversée par une rue. Elle est décorée avec des arcs de demi-pointe intersectés, frises de petit coins avec fûts de céramique, fenêtres evasées en arc de demi-point, plats et carreaux en verre vert et violet, etc. Une autre des oeuvres importantes de l'art mudéjar dans la Cathédrale est sa toiture, realisée autour 1300. Elle est en bois, avec une charpente de pair et jointure, profusement décorée avec des éléments végétaux stylisés, géometriques et épigraphiques de tradition islamique et décoration figurée gothique lineale. Cette dernière nous surprend par sa richesse et variété, ayant reçu plusieures interprétations: représentation systématique de toute l'érudition de l'époque, représentation cosmique, presidée par les mois de l'an (le devenir du temps) et le différentes activités humaines: thèmes  relationés à la littérature romantique.
Click here if you want to go back to the top Click in this link if you want to make a hotel revervation